Je ne serai jamais Jérôme Kerviel

30 09 2010

En juin dernier, je me suis retrouvée avec quelques heures à tuer, sans connexion internet. L’horreur. Je suis alors entrée dans une librairie pour trouver de quoi lire. On était en plein procès Kerviel, ce trader impliqué dans la perte de près de cinq milliards d’euros à la Société Générale. Je suis donc repartie avec son livre, L’engrenage. Un très bon choix: ça se lit presque en une après-midi. Mais ce récit m’avait laissée perplexe; je comptais en parler sur ce blog à l’époque mais je n’ai pas trouvé le temps. Le verdict approche, alors je m’y colle.

Est-ce que Jérôme Kerviel mérite la prison pour la perte de 4,9 milliards d’euros de la Société Générale? C’est au tribunal d’en juger et ce n’est pas ce qui m’intéressais quand j’ai lu le livre. Comme beaucoup, j’ai une sympathie naturelle pour l’homme, seul, face à la banque. Mais l’affaire en elle-même, je ne la maîtrise pas. Pour se faire une idée du procès, je conseille vivement la lecture des comptes-rendus par Pascale Robert Diard.

Je cherchais plus un « pourquoi » dans ce livre qui est bien sûr un plaidoyer pour la défense du jeune trader de 33 ans. Alors? Et bien Jérôme Kerviel répète à longueur de chapitres qu’il voulait simplement faire gagner le plus d’argent possible à sa banque envers laquelle il a toujours été fidèle.

Ok, mais pourquoi de telles sommes? Parce que c’était possible. Sur ce point, le trader affirme que c’était possible, et su, de tout le monde; tandis que la banque dit qu’il pouvait le faire grâce à son expérience des procédures de contrôle acquise dans le middle-office.

Une chose m’ennuie dans la défense de Kerviel, c’est quand, à plusieurs reprises, il raconte des épisodes où il aurait voulu qu’on l’arrête. « je n’attendais qu’une chose: qu’on vienne me voir, le cas échéant pour m’engueuler, ou a tout le moins pour m’exposer le problème; et qu’on mette fin à la course folle dans laquelle j’étais en train de me précipiter » (p.150). Mais au contraire, il s’est senti encouragé. Ça m’a fait pensé à l’époque où je roulais tout le temps trop vite quand j’étais seule. Mes amis me disaient parfois de faire attention et moi je répondais que je le ferais le jour où un gendarme moustachu (très important, la moustache) m’arrêterait et me rappellerait à l’ordre.

Ça m’est même arrivée de croiser des policiers me rappelant qu’il existait des limitations de vitesses. Je m’en suis sortie avec un sourire et j’ai continué. Mais jamais je n’ai eu envie de rouler à 200km/h ou plus. Même sur les autoroutes allemandes.

Alors, certes, les mesures de contrôle de la Société Générale ont été déficientes, la banque a même été condamnée pour ça. Mais est-ce que cela justifie la démesure des positions prises par Kerviel? Il y a un passage qui m’a réellement dérangée. Jérôme Kerviel raconte qu’il a engagé 120 milliards d’euros sur l’année 2007 sur le marché allemand (p.225). Il reconnaît que ses engagements étaient tellement importants qu’il influençait directement ce marché allemand, le plus gros d’Europe.  Ouah. C’est quand même ce qui s’appelle perdre la notion des réalités. Le trader raconte au début du livre comme il était angoissé la première fois qu’il a passé un ordre de 200 000 euros. Puis ensuite, il a perdu la notion des ordres de grandeurs.

Ok, mais quand ses positions sont telles qu’elles influencent un marché entier, on doit bien se rendre compte qu’on ne fait plus comme les autres? C’est là que le livre m’a laissée perplexe. Jérôme Kerviel parle d’engrenage et je suis d’accord avec lui quand il explique qu’il a simplement poussé les règles du jeu à l’extrême. Mais je n’ai pas l’impression qu’il ait été coincé, il a simplement trop joué, même s’il se défend d’être joueur. Son récit n’a pas provoqué d’empathie de ma part. La seule chose que j’ai pensé à la fin du livre c’est que je ne serai jamais Jérôme Kerviel. Je ne suis pas assez joueuse.

Bon après, est-ce que sa démesure est un délit ou un problème interne à la banque, réponse du tribunal le 5 octobre.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :