« Il n’est pas du tout d’actualité que Fortis puisse faire faillite »

6 09 2009

Dessin de vidberg le 24 septembreAujourd’hui, l’Afp a lancé une série d’articles sur l’anniversaire de la Faillite de Lehman Brothers. On a encore le temps, ce ne sera que le mardi 15 septembre mais il faut bien que les rédactions se préparent… Dans le lot de lead, papiers d’angle et encadrés,  je ne peux résister à l’envie de publier le « petit florilège » de citations « cruellement démenties par les faits » répertoriées par l’Afp.

L’une d’elles fait le titre de ce billet. C’est ma préférée. Elle renvoie aux déboires de Fortis dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici, et ailleurs.

Voici donc ce florilège:

– 6 août 2008:  Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas: « Même si la crise continue, elle prend un tour, je dirais, moins alarmant (…) Je crois qu’il ne faut pas être exagérément pessimiste. »

– 1er septembre 2008 : Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe: « Je ne vois pas les risques d’une véritable récession en Europe. »

– 9 septembre 2008 : John Lipsky, directeur général adjoint du FMI: « L’économie mondiale devrait encore ralentir au second semestre 2008, avant une reprise progressive en 2009. »

– 15 septembre 2008 : Stephen Harper, Premier ministre canadien: « Si nous avions dû avoir un crash ou une récession, cela serait probablement déjà arrivé. »

– 15 septembre 2008 : Dmitri Medvedev, président de la Russie: « Nous ne sommes pas dans une situation de crise ou de pré-crise. »

– 15 septembre 2008 : John McCain, candidat à la présidentielle américaine: « Les fondamentaux de notre économie sont toujours solides. »

– 15 septembre : Christine Lagarde: « Les engagements des établissements de crédit français sur le groupe Lehman Brothers demeurent limités. » (Au total, le dépôt de bilan de Lehman aura coûté environ 2 milliards d’euros aux banques françaises.)

– 16 septembre 2008 : Peer Steinbrück, ministre allemand des Finances: « Je m’attends à ce que les conséquences possibles (de la crise) pour nous (…) soient limitées. » (Pour 2009, Berlin table sur une chute du PIB de 6%, la plus sévère récession depuis l’après-guerre).

– 26 septembre : les dirigeants de la banque Fortis: « Il n’est pas du tout d’actualité que Fortis puisse faire faillite. » (Deux jours plus tard, le groupe belgo-néerlandais échappe à la faillite grâce à l’intervention massive de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, qui injectent en urgence 11,2 milliards d’euros).

– 3 octobre 2008 : Luc Chatel, porte-parole du gouvernement: « Il n’est pas question (de mettre en place un plan de relance) parce que nos finances publiques ne le permettent pas. » (Deux mois plus tard, Nicolas Sarkozy annonce un plan de relance de 26 milliards d’euros).

– 7 octobre 2008 : Michel Camdessus, ancien dirigeant du FMI: « Grâce au dynamisme asiatique, le monde va éviter la récession. »

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :