Villeroy et Boch ferme au Luxembourg

23 03 2009

villeroy boch tassesCela faisait près de 250 ans que cette entreprise familiale fabriquait de la céramique au Luxembourg. Et oui, Villeroy et Boch, c’est d’ici. Enfin, de la Grande Région car si la famille Boch a commencé la production à grande échelle au Luxembourg, les Villeroy, eux, se sont développés en Sarre. La fusion date de 1836.

L’entreprise familiale, connue dans le monde entier pour la qualité de ses produits, s’est transformée en société anonyme il y a un peu plus de 20 ans et a été introduite en Bourse il y a 19 ans.  Et en deux décennies, ils semblent avoir réussi à détruire ce qu’ils ont construit en deux siècles et demi. La crise n’est là que pour leur servir de prétexte.

Certes, l’entreprise reste implantée au Luxembourg, avec des services commercial, marketing et un peu de design. Sans compter les magasins. Elle garde ainsi 90 de ses 320 salariés. Ouah. Elle ne garde que des activités tertiaires, désormais coupée de la production.

Pour moi, l’abandon de la production n’est justifié que par l’envie de gagner plus. villeroy boch drapeauxDes derniers résultats que j’ai pu lire sur leur site, le groupe dégage régulièrement des bénéfices. La dernière année indiquée, 2006, le bénéfice était de 17 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 964 millions d’euros.

Pour justifier son plan de restructuration, Villeroy et Boch avance les effets de la crise sur les ventes: -20% en février 2009 par rapport à février 2008. D’une, le mois de février 2008 comptait un jour de plus, ce qui fait des ventes en plus, donc la comparaison est faussée. Et ce n’est pas une raison pour sacrifier un site, juste en claquant des doigts. L’américain Goodyear est à la ramasse depuis octobre, il n’a pas pour autant fermé son site au Grand-Duché. En revanche, il utilise toute la souplesse offerte par le chômage partiel. Ce que ne fait pas Villeroy et Boch.

Surtout que l’usine de Rollingergrund n’est pas la seule touchée. En Sarre, la production est menacée à Mettlach où 70 postes vont disparaître. Villeroy et Boch fête cette année ses 200 ans dans cette ville où il a son siège social. Non loin, à Merzig, 140 emplois disparaissent là où l’entreprise fabrique de la céramique depuis… 140 ans.

Ce sont donc trois sites historiques de l’entreprise luxembourgo-sarroise qui sont touchés. A croire qu’en deux décennies où il ne s’est rarement passé un an sans que Villeroy et Boch n’annonce un rachat ou un changement de stratégie, le groupe en a oublié ses racines.

Et aujourd’hui, la société utilise la crise pour fermer ses sites les moins performants. Bien sûr, avec le coût de la main d’œuvre au Luxembourg, l’usine du Rollingergrund pouvait ressembler à un boulet aux yeux d’investisseurs. Mais pas aux yeux d’une entreprise familiale.

Alors ici, la fermeture choque tout le monde. 490_008_3159609_germany_coEt pas que les employés et les syndicats. Le ministre de l’Économie a reproché une décision prise sur des considérations conjoncturelles. Et les clients aussi sont dégoûtés. Je connaissais déjà en Alsace, le principe que les familles amaient avoir un service Villeroy et Boch (ils font un service « Hansi » qui vaut le détour). Mais ici, c’est encore plus le cas. L’entreprise était un fleuron industriel du pays. Une success story qui a traversé les siècles. Le service Villeroy et Boch dans chaque maison luxembourgeoise, ce n’est presque pas un cliché: les Luxembourgeois achetaient avec plaisir – et sans doute fierté – les produits de ce qui était toujours à leurs yeux une entreprise familliale. Aujourd’hui, Villeroy et Boch est devenu un petit groupe mondial qui se fout de l’histoire.

Les Luxembourgeois vont se détourner de Villeroy et Boch. Et Alors? Un pays de 480 000 habitants, ça ne doit pas peser lourd dans l’analyse stratégique d’une entreprise cotée à Francfort.

Publicités

Actions

Information

One response

11 11 2010
Contor laurence

Je suis si désolée pour tous ces emplois perdus, pour ce qui était la fierté du luxembourg, Villeroy et Boch. Pourquoi ont ils fait cela? Je ne comprends pas. Les gens qui travaillaient en usine etaient formidables de par leur travail fourni souvent à la main avec beaucoup d’amour pour leur travail malgré certains endroits ou leur santé était en danger. J’ai travaillé 5ans là bas dans le magasin d’usine. L’asie c’est plus facile, moins cher mais jusqu’à quand? Je souhaite tout le courage du monde à toutes les vendeuses qu il reste et plein de chance à tous ceux qui n’ont plus de travail. Bien à tous ceux qui vont me lire. Je pense tous les jours à mes anciens collègues, Laurence Contor.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :